Et si les accidents de sports coûtaient un bras à la Sécurité Sociale ?

IBlessure runningl y a quelques mois, en octobre dernier pour être précis, un de mes amis me dit lors d'une discussion animée sur le trou de la sécu : << avec votre sport, vous vous blessez, et toutes ces dépenses là pourraient être évitées >>...

Cela a le mérite d'être clair... mais après réflexion... n'avait-il pas raison ? Ce sont effectivement des dépenses de santé inutiles, qui n'ont rien à voir avec de réels problèmes médicaux...

Il fallait que Lugdunum Runners trouve la réponse, combien y a t-il d'accidents de sports, combien cela coûte à la sécu... mais encore fallait-il comparer ces données avec les problèmes de santé des personnes qui ne pratiquent pas d'activités sportives...

Et là, il a fallu partir dans des recherches et des études que nous avons croisé, car cela n'est pas simple du tout, vu que les études se font sur plusieurs années, certaines sont en cours, d'autres datent d'il y a une décennie, et certains chiffres sont tout simplement à l'état d'estimation... Lugdunum Runners n'étant pas médecin, l'étude que nous vous délivrons ici est plus mathématique que scientifique, mais elle parle d'elle-même...

Il existe une multitude d'organismes qui veillent sur notre santé... enfin plutôt tiennent les compteurs de nos blessures, de nos maladies... de la santé des français en général et en tirent tout un tas de statistiques. Avec ça, on devrait pouvoir trouver nos réponses... enfin normalement...

Tout d'abord, cherchons à savoir, c'est le sujet, combien il y a de blessures accidentelles liées à la pratique sportive annuellement. Grâce à l'institut de veille sanitaire, nous apprenons que nous sommes environ 26 millions à pratiquer une activité au moins une fois par mois. Mais impossible de connaître le nombre de "sportifs", c'est à dire ceux qui pratiquent plusieurs fois par semaine. Dans tous les cas, 26 millions de personnes qui au moins une fois par mois courrent, pédalent, nagent, tapent dans un ballon ou soulèvent de la fonte, cela doit bien provoquer quelques accidents...

Et oui ! Il y en a des accidents...  4 500 000 personnes impactées par an !  Quoi ? c'est pas possible ! Ah oui... mais non... les accidents sportifs sont comptabilisés dans les accidents dits "domestiques"... c'est à dire ceux qui se renversent une casserole d'eau bouillante en cuisinant, ceux qui se taillent un doigt avec leur scie électrique etc...  Non mais moi je veux juste le nombre d'accidents de sport...  Enfin, je le trouve... c'est pratiquement 10% des pratiquants : 2,5 millions d'accidents... quand même... et il y a environ 700 000 hospitalisations d"une moyenne de 3,5 jours. On peut commencer à se demander si le copain n'avait pas eu raison d'aborder le coût de tout ça...

Quels sont les les principales blessures relevées ? En tête les fractures, les entorses, les claquages, les déchirures, puis les élongations, les tendinites...

Quelles parties du corps sont les plus touchées ? Les membres inférieurs pour 50%, les membres supérieurs pour 28%, la tête pour 13%, le tronc pour 8% et 1% pour le reste du corps.

Les membres inférieurs pour 50%, ce n'est pas étonnant avec la pratique des sports de ballons. D'ailleurs en fouillant un peu, on trouve un classement des sports provoquant le plus de blessures, exprimé en pourcentage.

Sports et blessures

A savoir que ce sont les sports de combat et les sports hippiques qui provoquent les blessures les plus graves.

Les bases étant posées, combien cela coûte t-il à la sécu ?  Pendant que Lugdunum Runners se lance dans une recherche difficile des données financières, je me concentre sur l'opposé des sportifs, c'est à dire les sédentaires ou ceux qui pratiquent peu.

D'un coté les sportifs avec 2,5 millions d'accidents... de l'autre les non sportifs... mais je compare avec quoi ?  Lorsque l'on fait du sport, on est attentif à notre hygiène de vie, notre alimentation, le risque principal étant de se blesser. Mais lorsque l'on ne fait pas d'activité... on risque quoi ? Est-ce que l'on est aussi attentif que les sportifs à notre quotidien ? Pour le savoir, me voici parti à la recherche d'études sur les habitudes alimentaires des français, sur leur comportement...

Première recherche, je tombe sur une enquête de 2004 très sérieuse puisque diligentée par le Sénat, sur la problématique de santé en France. Et là, j'en ai les poils qui se dressent, l'article III est intitulé : QUELLES ISSUES ENTRE LES ESPERANCES DE LA NUTRITION ET LA QUASI CERTITUDE ANNONCEE D'UN DESASTRE SANITAIRE ?

Mais qu'est-ce que c'est que ça ? Jamais entendu parlé de cette enquête... regardons ce qu'il y a dedans... Je vous passe tous les détails sur les comportements alimentaires, les recommandations, je vais directement aux chiffres. J'apprends ainsi qu'en 1990, il y avait 6% de la population française qui souffrait d'obésité. Je ne parle pas de surpoids, mais du stade supérieur, l'OBESITE !

7 ans plus tard, c'était 8,2%... 3 années passent, en 2000 c'est 9,6%. En 2003 : 11,3% !  Cela fait une progression de 17% tous les 3 ans. L'enquête étant de 2004, j'ai cherché des chiffres plus récents, et je suis tombé sur ceux de 2009 : 14,5 %. Cela représente environ 9 000 000 de français souffrant d'obésité ! Et un tiers de la population souffre de surpoids. Ces chiffres ont bien sur encore augmenté, mais je nai pas trouvé de chiffres officiels.

Et pendant que nous y sommes, penchons nous aussi sur le diabète, autre mal de notre époque. En 2000, il y avait 2 millions de diabétiques. J'ai trouvé les chiffres de 2013, celui-ci est passé à 3.5 millions. Chiffre officiel, mais qui en réalité est inférieur à la réalité. Car beaucoup de gens ignorent qu'ils sont en phase de pré-diabète, cela peut durer plusieurs années, ensuite le diabète arrive, s'installe et les premiers symptomes se font sentir.

Même si cela arrive parfois, très peu de sportifs sont atteints de diabète ou de maladies cardio-vasculaires. Ce sont en très grande majorité des personnes sédentaires qui se trouvent atteintes de ces maladies.

Il m'a semblé également interressant de se pencher sur les pathologie des lésions évoquées tout à l'heure, les entorses fractures et autres, et de comparer la répartition entre les sportifs et les sportifs non assidus. On peut bien évidement se dire que se sont les sportifs qui se blessent le plus... et bien, vous allez être surpris...

Types d'accidents (sur 100 accidents) Pratique sportive régulière Pas de pratique sportive régulière
Lésions des articulations ou des vertèbres 25,5 13,4
Traumatismes 23,3 10,7
Entorses 22,1 20,9
Luxations 4,3 0,0
Fractures 10,8 11,3
Autres types de lésions 8,0 21,9
Symptômes mal définis 6 21,8

Ce qui est frappant, c'est le peu de différences sur certaines blessures comme les entorses, les fractures, mais surtout l'énorme écart sur les autres symptômes et les lésions autres. Les personnes pratiquant très peu de sport sont 3 fois plus touchées que les pratiquants assidus. Ce qui conforte à dire que le sport régulier renforce le corps et les os.

Enfin, avant de conclure avec l'aspect financier, j'ai trouvé une dernière analyse de l'INSEE (sur l'année 2003), l'institut national de la statistique, sur les "pourquoi je ne fais pas de sport", classée par tranche d'âge.

Raisons pas sport

Chez les 60 ans et plus, il est tout à fait normal que l'on trouve en tête les problèmes de santé et l'âge, mais pour plus de 60 % des 15/59 ans, la réponse est "je n'aime pas".

Juste avant de passer au coût financier pour la Sécurité Sociale, il faut hélas, pour être complet, regarder aussi la mortalité... La première cause de décès en France, ce n'est pas le cancer, il est en seconde position, mais les maladies cardio-vasculaires avec 180 000 morts par an. Le diabète lui fait 66 000 décès.

Les accidents domestiques, vous vous souvenez, le bricoleur qui s'est coupé le doigt avec sa scie électrique... provoquent 20 000 morts. Et dans ce chiffre se cache celui des sportifs décédés suite à un accident. Ils sont au nombre de 500.

Alors maintenant regardons le coté dépense.  J'ai entouré les deux dépenses qui nous concerne, ce sont les chiffres de la Sécurité Sociale de 2011.

Depenses secu

Les deux pathologies représentent 30 milliards...

Et Lugdunum Runners a enfin trouvé les chiffres... enfin une estimation car cela est noyé dans la masse... Il a fallu plonger dans les archives des débats à l'Assemblée pour trouver quelque chose... En 2004, alors ministre de la santé, Philippe Douste-Blazy est interpellé par le député Yves Nicollin sur le coût des dépenses relatifs aux accidents des sportifs. Le ministre a alors estimé ce montant à 900 millions d'euro. Un chiffre sans doute un peu sous-estimé si l'on calcule les journées d'hôpital (environ 450 millions d'euro), les arrêts de travail etc...

Vu l'augmentation du nombre de sportifs depuis 2004, vu l'inflation, on peut estimer aujourd'hui flirter avec les 3 milliards d'euro.

Au terme de cette enquête, n'est-on pas en droit de se poser la question suivante : si plus de personnes étaient sportives, il y aurait certes plus d'accidents, mais ne verrait-on pas les maladies liées à cette inaction chuter ? Ne verrait-on pas le nombre de décès baisser ? Ne verrait-on pas le fameux trou de la sécu se boucher ?

Je vous pose la question... moi je ne me la pose plus... je vous laisse... j'ai le marathon de Paris à préparer...

 

 

 

 

 

 

santé coeur bénéfices poids sport obésité désastre sanitaire